0

Le livre de l’année 2020: Les Journaux de Franz Kafka

Si je devais retenir un seul livre cette année, c’est assurément ces Journaux de Franz Kafka publiés en janvier dernier aux Éditions Nous. Un réel évènement à marquer d’une pierre blanche que cette nouvelle traduction du célèbre Journal que nous devons à Robert Kahn (décédé malheureusement cette année en avril). Pour la première fois nous disposons d’un texte qui respecte les cahiers originaux de Kafka dans leur continuité et leur exhaustivité. Je possédais bien évidement depuis des années la traduction de Marthe Robert dans une édition de 1965 (repris en livre de poche) chez Grasset, bien fatiguée au fil des lectures. Dès leur parution en 1954, il était annoncé que cette première traduction était celle d’un texte expurgé et “arrangé” par Max Brod, le légataire testamentaire de Kafka.

J’ai relu récemment les critiques de Maurice Nadeau à l’époque, qui regrettait déjà cet état de fait. Il aura fallu donc attendre plus de 65 années supplémentaires pour disposer du texte original de Kafka en langue française. Je suis depuis de nombreuses années la traduction du Journal entreprise par Laurent Margantin ; il publie en ligne depuis 2013 une édition critique, avec des versions imprimées au fur et à mesure de la traduction des cahiers. La moitié est faite, un chantier prévu jusqu’en 2023. Robert Kahn aura été plus rapide avec les Éditions Noos, il avait publié en 2017 les lettres à Miléna et les Derniers Cahiers. Cette traduction est moins “lissée”, “élégante” que celle de Marthe Robert, une traduction parait-il plus fidèle à l’original allemand.

Un véritable work in progress auquel nous assistons. Rappelons que dans l’esprit de Kafka, ces cahiers n’étaient pas destinés à la publication, toutes les “nouvelles” qu’ils contiennent également. Beaucoup de plaisir et d’émotion à relire Kafka au quotidien, une relecture dans la continuité de son chantier, une créativité littéraire que l’on suit en gestation avec ses hésitations, ses incertitudes, voire sa détresse. Les nouvelles parues ici et là depuis des années (notamment Le Verdict et les fragments d’Amerika), sont réintégrés dans leur exacte chronologie au sein du Journal. Bref, indispensable…

Un seul regret, que la version numérique ne soit pas disponible. Un choix radicalement différent que celui du projet web ouvert de Laurent Margantin. D’autre part le livre imprimé en papier bouffant. Le choix d’un bouffant épais de qualité très moyenne – pour ne pas dire pire – n’est vraiment pas une réussite. Avec pas moins de 6cm d’épaisseur, il rebutera assurément toute sortie hors de chez soi comme toute recherche dans le texte. Forme imprimée comme version numérique, cette édition aurait mérité un peu mieux, c’est dommage pour un tel texte qui nous accompagnera pour longtemps encore c’est certain…

aldusherve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *